Soi, son plus grand allié

Le mot : Auto-soutien

On peut être performant sans devoir se fouetter le sang pour autant


Quand on pense à s'auto-soutenir, on pense forcément à adoucir notre dialogue intérieur qui est parfois très dur à notre égard - quand nous sommes notre propre ennemi

=> quand nos voix destructrices nous poussent à l'auto-sabotage



Se soutenir

Se soutenir c’est être son propre allié. C’est agir comme on le ferait avec son frère, sa sœur, son ami.e, son enfant, quelqu’un dont on veut prendre la défense, dont on veut prendre soin.


Dans quel but ?

  1. gagner en performance & se dépasser pour aller vers les objectifs que l'on souhaite obtenir avec assertivité sans pour autant être en rapport de force

  2. augmenter son estime de soi & avoir confiance en soi

  3. savoir profiter de l’instant, pouvoir faire les choses plus en douceur, en rondeur

  4. faire prendre conscience de nos mécanismes contre productifs - aux adultes comme aux plus jeunes - pour démanteler de façon plus rapide ce système de pensée quand il se met en place

  5. s'assumer et se développer de façon plus sereine

  6. acquérir de la tolérance envers soi pour en aussi en avoir pour les autres


Pour quelles problématiques :

  • Sentiment d'illégitimité, pas au niveau, pas à sa place

  • Peur d'être démasqué.e / jugé.e - "Syndrome de l'imposteur"

  • Auto-sabotage, auto-censure, auto-destruction & addictions

  • Epuisement, surmenage, burn-out

  • Isolement & dépression

  • Manque de confiance en soi & d'estime de soi

  • Communication avec son entourage difficile


Comment ?

En faisant de l’auto-soutenance, c’est-à-dire se soutenir de l’intérieur. Donc plutôt de d’être son propre ennemi.e, au contraire, se soutenir, c’est-à-dire s’encourager, se féliciter lorsque l’on y arrive, même pour des petites choses.

Faire taire ses petites voix en les remplaçant par un regard bienveillant, tolérant envers soi-même.


Les petites voix

Nous sommes très nombreuses et nombreux à être sous emprise de ces voix que l’on peut avoir en nous, sévères, critiques, qui nous poussent à faire toujours plus, à être extrêmement intransigeants envers tout ce que nous sommes, tout ce que nous faisons, et ce n’est jamais assez bien.

Des petites voix un peu comme celles de Jeanne d'Arc qui l'appelaient à partir en guerre, sauf que nous, nous partons à la guerre contre nous-mêmes, la guerre de l’intérieur


La rondeur

L'orsque l'on est son propre soutien on est plus rond avec soi, moins tranchant. Et quand on est son allié, on forcément plus fort vis-à-vis de l’extérieur, vis-à-vis de toute forme d’agression : qu’elle soit de l’ordre de la critique ou même plus violente.


On est encore plus performant aussi car en se mettant moins de pression on y arrive encore mieux.

On préserve notre énergie pour la mettre au bon endroit.


En s'acceptant, en s'encourageant, on gagne en confiance en soi, et donc en assertivité, et donc on a plus de chances de ne plus se sentir en imposture.


Proposition / Réflexion :

Et si nous essayions de :

  • se traiter comme on traiterait son enfant ou son ami.e : est-ce qu'on l'insulterait à tout bout de champ ?

  • se récompenser comme on récompenserait son enfant qui a réussi un match de foot quand on a réussi à faire ce qu'on voulait : est-ce qu'on lui dirait que de toute façon c'était un match facile et que ce n'est qu'un feignant ?

  • s'accorder des temps de pause entre nos tâches du quotidien, nos responsabilités et notre travail : est-ce qu'on donnerait un coup de cravache à un cheval fourbu qui a couru et sauté des obstacles toute la semaine ?

  • prendre soin de soi en disant qu'on le mérite : est-ce qu'on dirait à son ami.e que tout ce qu'elle ou il a fait pour nous est juste normal et qu'elle ou il n'a qu'à faire encore plus pour nous pour mériter notre amitié ?

  • se dire qu'on est capables de faire ce job, d'être à cette place, de côtoyer ce cercle de gens : est-ce qu'on dirait à son enfant qu'elle ou il n'a qu'à retourner en maternelle ou dans sa chambre car elle ou il ne vaut pas la peine d'être vu.e ou entendu.e étant donné son piètre niveau ?


Et puis aussi de rester cléments, de se dire qu'on fait de son mieux, qu'on est en route, en marche, que les choses prennent du temps, que rien ne sert de courir, qu'il faut partir à point.


=> Donnez du temps au temps, osez mettre un rond dans votre carré

=> Cessez d'alimenter le T.REX qui vit en vous : préférez nourrir "Denver le dernier des dinosaues" au roi des lézards Tyrans : aussi performant mais plus sympa & plus cool !





6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout